samedi 14 novembre 2020

L’autre élection américaine

Imaginez toutes les provinces canadiennes tenir leurs élections en même temps. C’est à peu de chose près ce qui s’est produit chez nos voisins alors que l’élection présidentielle occupait toute l’attention. Un immense brassage de cartes au niveau régional qui influencera à coup sûr la gouvernance du futur locataire de la Maison-Blanche. 

En fait, ce n’était pas moins de 86 des 99 chambres législatives et 13 postes de Gouverneur qui étaient en jeu le 3 novembre, des élections locales dans 44 États dont les résultats n’ont rien pour réjouir le Parti démocrate. 

Il faut dire que la formation politique avait placé la barre haute et espérait des percés dans plusieurs États dont au Texas, Michigan et en Pennsylvanie. Loin d’avoir fait des gains, celle-ci perd les deux chambres au New Hampshire ainsi que la Chambres des représentants de l’Alaska. Même déconvenue au niveau des Gouverneurs où le parti a également échoué à faire des gains et perd le Montana où le républicain Greg Gianforte a arraché la victoire

Suite à ce round électoral, le Parti républicain contrôlera 62 chambres législatives et 27 postes de Gouverneur contre seulement 37 chambres et 23 gouverneurs démocrates. De plus, leurs gains au Montana et New Hampshire permettront aux républicains de former davantage de gouvernements dits trifecta, où le parti contrôle à la fois le poste de Gouverneur et la majorité des deux chambres. Si les gains en Alaska s’officialisent, ils porteront ce nombre à 24 contre à peine 15 trifectas démocrates et 11 États où les deux formations se diviseront les pouvoirs


Ce qu’il faut retenir de tous ces chiffres est que Joe Biden risque de rencontrer une opposition républicaine bien réelle lors de l’application de son programme. Faut-il rappeler que le partage des compétences américain donne de réels pouvoirs aux États en matière d’environnement, d’éducation, de santé et de sécurité publique? 

Or, il s’agit d’autant de champs de compétence qui touchent à la gestion de la pandémie de Covid-19, des tensions sociales BLM ou de la fracturation hydraulique qui est au cœur de la plateforme de Biden. 

En plus de permettre de faciliter l’exécution du programme du futur président, ces élections régionales avaient une importance toute particulière, car les États procèderont cette année à un redécoupage électoral des districts au niveau local et à la Chambre des représentants à Washington qui sera valide jusqu’en 2030. En redessinant la carte des districts, une majorité d’États républicains faciliteront leurs gains futurs, mais influenceront également la politique nationale pour la décennie à venir via le Congrès. 

Alors que leur majorité à la Chambre des représentants s’est réduite à une poigné de sièges et qu’un contrôle du Sénat est plus qu’hypothétique, il est permis de penser que si les démocrates ont finalement eu la tête de Donald Trump, ils l'auront payée de tout le reste.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Lire les articles les plus consultés